Génération 70, une Tranche de Vie racontée par Edelweiss ! Edelweiss, Génération 70
 Plan du site
Tranche de vieTranche de vie

Accueil > Ballades Régionales > Provence Alpes Côte d’Azur > Vaucluse >

AptApt

Apt

(Article non finalisé)

Apt, capitale du Luberon

Fondée par les Romains sur la Via Domitia, et ville importante de l’empire (théâtre antique, forum..), Apt, cité de Sainte Anne est dédiée à la mère de la Vierge Marie. Sa cathédrale (chapelle royale, trésor, " voile de Sainte Anne ") est l’une des plus anciennes de Provence. Les restes de la sainte, supposés rendre les femmes fécondes, ont autrefois fait l’objet d’un pèlerinage intense. L’un des plus célèbres est celui d’Anne d’Autriche, venue à Apt en 1660, remercier la sainte pour la naissance miraculeuse de son fils, le futur Louis XIV.

La ville a, de tous temps, connu une vie religieuse passionnée, comptant jusqu’à 15 ordres religieux dans ses murs. Et l’on peut voir dans la vieille ville, outre les nombreuses chapelles, fontaines, places, et hôtels particuliers.

Au XIXe siècle, l’industrie locale se développe avec les célèbres faïences d’Apt, et les ocres. Mais, c’est la fabrication des fruits confits traditionnels, gourmandises déjà offertes aux papes d’Avignon au XIVe siècle, qui lui valent aujourd’hui, le label de " Site Remarquable du Goût ".

Située dans le Parc Naturel Régional du Luberon, des sites naturels grandioses, et mille chemins de randonnées, dans une nature intacte et préservée sont à découvrir.

Au fil des saisons, manifestations culturelles et artistiques rythment la vie, au coeur du Luberon. Et, tous les samedis matins, depuis le XIIe siècle, la ville ouvre ses portes au grand marché provençal. Classé d’exception pour son ambiance et son authenticité, parmi 100 marchés français, il occupe toute la ville, et permet échanges et rencontres , dans une atmosphère provençale simple et chaleureuse.

Spécialités

  • La faïence d’Apt

Les potiers s’inscrivent logiquement dans la saga de la terre, liée à l’histoire de ce pays.

On utilise l’argile locale dès l’époque romaine, et à partir du XIIIe siècle, les ateliers du Pont Julien attestent la vitalité de la production artisanale médiévale.

Vers 1720, alors que les édits royaux demandent le sacrifice de la vaisselle d’argent pour l’effort de guerre, l’abbé Moulin crée pour ses neveux une fabrique de faïences. Le Seigneur de Castellet, Duc de Brancas encourage l’entreprise.

Originale et raffinée, la faïence fine d’Apt grâce à la « marbrure aptésienne » donne naissance à des pièces somptueuses inspirées des orfèvres. Au XVIIIe s. la faience d’Apt est à son apogée. Au début du 19e siècle, 13 fabriques et près de 200 faïenciers exportent aux quatre coins d’Europe.

On voit aussi l’essor des tuileries et des fabriques de terres cuites, la fameuse « tomette provençale ».

Aujourd’hui, l’art de la faïence fine d’Apt maintient son renom grâce aux héritiers des maîtres et la tradition potière de cette terre inspire de nouveaux créateurs en faïence, grès, céramique, porcelaine et lave émaillée.

  • Les fruits confits d’Apt

"Site Remarquable du Goût", Apt a été sélectionné pour sa spécialité, les fameux fruits confits, par le Conseil National des Arts Culinaires. Elle en est, à juste titre, Capitale mondiale.

L’histoire du fruit confit :

La conservation par confisage est apparue en Provence, dès le Haut Moyen-Age.

Les fruits étaient alors confits dans du miel, jusqu’à ce que le sucre, introduit pendant les Croisades, permette d’améliorer la technique. Déjà en 1365, les aptésiens offraient des fruits confits d’Apt au Pape Urbain V, alors en pèlerinage dans leur ville. Plus tard, au XVIIe siècle, Madame de Sévigné, dans une des ses lettres à sa fille, Madame de Grignan, appelait la ville d’Apt "un chaudron de confiture".

En 1868, l’anglais Mathieu Wood, découvre cette spécialité aptésienne et favorise l’ouverture du marché britannique. Aussi, au XIXe s, les grands confiseurs aptésiens s’imposent : Jaumard, Rambaud, Marliagues, puis Barrielle, Bardouin, Reboulin, Piton, Gay, Vial, Blanc..

Cette réputation ne s’est jamais démentie et, les maîtres-confiseurs d’Apt perpétuent encore aujourd’hui, cet art du fruit confit, vieux de plusieurs siècles.

- Les ocres

Connue depuis la plus haute antiquité, l’ocre est exploitée par les Romains pour un usage local. En 1780, Jean Etienne Astier, habitant Roussillon, lui donne une dimension industrielle. Les exploitations prospèrent jusqu’à la crise des années 30. Aujourd’hui, seule l’entreprise Guigou exploite encore l’ocre à Gargas et à Rustrel et la commercialise dans la ville d’Apt.

Marchés

  • L’authentique marché d’Apt. Le marché d’Apt se tient tous les samedis matin.

Il est classé marché d’exception pour son authenticité et la diversité de son offre. Les commerçants non-sédentaires venus de tout le département en font partie intégrante. Ils proposent une foule de produits régionnaux, comme les fromages de chèvre ou les fruits et légumes de saison, complétés par des objets importés amenant une touche d’exotisme à un vrai marché provençal.

Le marché d’Apt riche en couleurs et en saveurs, vous emmène dans les rues de l’antique cité romaine Apta Julia.

Monuments

  • La Cathédrale Sainte-Anne

De la multitude des monuments aptésiens se dégagent d’abord les monuments majeurs. Au centre de tous, la cathédrale Sainte-Anne. Une cathédrale qui n’en est pas une, d’ailleurs. Apt a perdu en 1801 son titre d’évêché, et sa cathédrale est alors devenue basilique. Au cœur de la cité, l’édifice a été établi sur les restes du forum romain. La crypte inférieure, encore accessible de nos jours, est un reste de l’antiquité. Au-dessus, la crypte supérieure a été aménagée à l’époque romane, pour permettre l’adoration des reliques de Sainte Anne, la mère de la Vierge Marie.

Des reliques qui auraient été découvertes miraculeusement en ce lieu même, au début du Moyen-Age.

L’édifice visible aujourd’hui, dont les plus anciennes parties conservées (nef du corpus domini, au sud) semblent remonter au XIè s, a été agrandi et restauré au cours des siècles. Certaines parties sont gothiques, d’autres classiques. Le bâtiment, classé Monument Historique, est en cours de restauration.

  • L’hotel Colin d’Albertas Construit à la demande du Consul d’Albertas au milieu du XVIIe siècle, ce palais, joyau de l’art baroque provençal, est contemporain de la venue d’Anne d’Autriche en pèlerinage à Apt. Il est situé sur une petite place ombragée, au milieu de la vieille ville aristocratique d’Apt, à proximité de la cathédrale Sainte Anne. Cette demeure privée est un monument historique d’exception, unique en Provence. La qualité des décors baroques intérieurs avec l’opulence des gypseries, la somptuosité des fresques et plafonds peints, l’éclat chaud de ses ors et la maîtrise dans l’exécution des thèmes décoratifs abordés, placent cet édifice au firmament des plus beaux palais baroques français ou européens. La facture est de qualité internationale. Le projet de rénovation a reçu en 2000 le 1er prix de la fondation Sotheby’s.

Musées

  • Le Musée d’Archéologie et d’Histoire du Pays d’Apt A l’origine, le théâtre des collections. C’est sur les vestiges du théâtre antique que s’élève le Musée d’Apt, installé dans un bel hôtel particulier (en fait l’ancienne cure) de la fin du XVIIIème siècle. Lazare, Brunel, Garcin avant 1950 ont récoltés, trié, classé : ils sont les fondateurs de l’histoire et de l’archéologie locale. Les milliers de silex, de céramiques, de monnaies...représentent des dizaines d’habitats humains répartis sur un territoire, le Pays d’Apt, de la préhistoire à la fin du Moyen-Age. Ils forment le fonds ancien du Musée.
  • Musée de l’Aventure Industrielle Laissez-vous guider... à travers l’histoire de l’époque industrielle, le musée présente les principaux aspects d’une véritable aventure qui, à travers les périodes de prospérité et de crise, continue, depuis le XVIII° siècle, de façonner l’histoire du pays et la vie de ses habitants.

A voir

  • La Fondation Jean Paul Blachère

Créée à l’initiative de Jean-Paul Blachère, PDG de Blachere Illuminations SAs, la fondation est une fondation d’entreprise. Elle vise à développer les échanges et l’intercompréhension culturelle entre l’Europe et l’Afrique, par la médiation de la création et de la promotion artistiques. Elle favorise la communication et la créativité pour des artistes individuels ou des groupes d’artistes travaillant au renouvellement des formes et des contenus de l’art contemporain.

Au sein de la Fondation, l’art est considéré comme une voie pour instaurer un monde plus équitable et plus beau. Elle œuvre pour un développement harmonieux et durable dont le moteur serait la culture. Comme l’énonce l’indien Amartya Sen, prix Nobel d’économie en 1998, il ne s’agit plus seulement d’aider à produire mais de s’assurer de la vente de la production sur le marché international dans des conditions équitables.

La Fondation encourage les acteurs culturels, artistes, critiques, étudiants, dans leurs actions en Afrique et ailleurs en les soutenant dans leurs démarches. En parallèle, des acquisitions permettent de présenter des œuvres à l’appréciation du public.



RSS 2.0 [?]

Espace privé

Plan du site

Mentions Légales

Site réalisé avec SPIP
Squelettes j4k 1.9